le duo       concerts       "Sur les pas de Lise"       écouter | voir       album | presse       scène en forêt       contact | com


 

Un siècle après sa révolution, la Russie n'a de cesse de nous intriguer :

goulag, corruption, violence et dictature y sont associés, pourtant,

certains trouvent dans les forêts de Sibérie le lieu idéal de leur retraite solitaire...

 

| De 1917 à 1991, un peuple aujourd'hui disloqué s'est trouvé face à l'espoir, au paradoxe et à la folie du pouvoir. Nombre d'artistes, tantôt adulés, souvent censurés, ont résisté et raconté l'histoire qui s'écrivait sous leurs yeux. Le duo Grisenti-Vitantonio vous propose quelques pages de la musique pour violoncelle et piano de trois compositeurs de cette période soviétique: Miaskovsky, Chostakovitch et Prokofiev. Leur liberté stylistique,

leur lyrisme et la profondeur de leur oeuvre livre en musique ce que les mots n'ont pu dire. Ces trois figures incontournables de l'histoire musicale du xxème siècle, débordantes d'inspiration, transcendent violoncelle et piano par la puissance expressive que déploient leurs sonates.

 

 

Enregistrement réalisé en avril 2017 au Domaine du Piano (87230 Châlus)
Prise de son : Judith Carpentier-Dupont et Franck Malabry
Direction artistique, montage et mastering : Judith Carpentier-Dupont
Design : Artur Majka
Marie-Thérèse Grisenti joue un violoncelle de Frank Ravatin fait en 1999 et un archet de Tibor Kovacs fait en 2012
Marc Vitantonio joue un piano Steinway & Sons modèle D numéro 503470 de 1987, préparé par Benoît Carde
 

 

Écouter


 Commander le CD sur Fnac.com
 


 


 

| Sonates pour violoncelle et piano

Alireza Mashayekhi a composé de nombreuses pièces pour le violoncelle, instrument qu'il affectionne tout particulièrement. L'écriture de ses 5 sonates pour violoncelle et piano, dont la majeure partie lui a été inspirée par sa collaboration avec

Marie-Thérèse Grisenti et Marc Vitantonio, est représentative de l'évolution de son langage au fil des ans.

Selon Alireza Mashayekhi, l'ère de la forme sonate telle qu'on la connue depuis le XVIIIème siècle est tout à fait révolue

mais l'intérêt de la dialectique, de la structuration d'une musique basée sur des éléments contrastés et mis en opposition,

demeure plus que jamais, quelle que soit l'évolution du langage.

Chacune de ses sonates est conçue d'abord comme une mise en relief d' éléments opposés ou contrastés, dont le développement tend ensuite vers l'unité. La structure générale des sonates diffère selon la période de composition.

 

L'écriture de la 1ère Sonate est concentrée en un seul mouvement.

Dans la seconde Sonate, les motifs et les thèmes évoluent selon une perception plus relative du temps.

La 3ème Sonate, en un seul mouvement, concrétise cet assouplissement de la pulsation, selon notamment un principe d'écriture aléatoire, qui place tantôt les interprètes en situation d’improvisation sur des motifs donnés, tantôt en situation d'avoir des contextes temporels distincts l'un de l'autre.

Les deux dernières sonates sont le reflet du multiculturalisme, philosophie chère au compositeur : tandis que la 4ème Sonate est inspirée par des motif traditionnels persans, la 5ème Sonate revient à la tonalité.

 

On retrouve dans l'intégralité de ces sonates la singularité et la sincérité du langage d'Alireza Mashayekhi.

 

 

 

| Alireza Mashayekhi est né à Téhéran (Iran) en 1940, il est professeur de composition à l'université de Téhéran.

Pionnier de la musique contemporaine en Iran, son oeuvre est jouée dans le monde entier depuis plus de 35 ans.

Alireza Mashayekhi a étudié la composition à Vienne, avec H. Jelinek et K. Schiske. Son travail, en étroite collaboration avec

H. Jelinek pendant de nombreuses années, l'a amené à explorer une large palette de musiques du XXe siècle.

Cette formation et son attachement à la culture iranienne ont constitué les piliers de sa formation artistique. Après avoir terminé ses études à l'école "Akademie für Musik und Darstellende Kunst" à Vienne, il s'est rendu à Utrecht, aux Pays-Bas, pour compléter sa formation en musique électronique et informatique.

Dans ses oeuvres, on distingue trois grands groupes : les oeuvres directement inspirés par la musique iranienne (par exemple, la Symphonie No. 5, la Suite Perse et Shéhérazade), les compositions qui ne sont pas directement liées à la musique iranienne (telles la Symphonie No. 6, le Concerto pour violon et orchestre, la Sonate pour piano) et les compositions multiculturelles

(comme la Symphonie No. 9 et les pièces électroniques East and West). Alireza Mashayekhi, qui a sa propre approche philosophique de la musique, est persuadé que nous ne pouvons découvrir la vérité que grâce aux structures logiques complexes de la pensée artistique, car elles seules permettent d'inclure les contradictions que cette « vérité » porte en elle. Cette méthode de structuration de la musique constitue le fondement théorique de ses pièces multiculturelles, notamment Symposium, String Quartet, Symphonie No. 9 et Célébration pour piano et percussion.

Certaines de ses partitions sont éditées en France par la maison Delatour.

 

 

Écouter

 

 


| J. Brahms Quatuor opus 60

le duo, Jean-Yves Branquet, violoniste, Téodor Coman, altiste

 

https://www.youtube.com/watch?v=F5VALtgwoQ

| F. Schubert Trio opus 100

le duo, Christophe Giovaninetti, violoniste

 

https://www.youtube.com/watch?v=LGU9YcmujU

 


| Teaser du spectacle Sur les pas de Lise

 

https://www.youtube.com/watch?v=iFTyWjt_zeo

| F. Mendelssohn

le duo, Christophe Giovaninetti, violoniste

 

https://www.youtube.com/watch?v=g3QE1X8B1NY

 


| A. Mashayekhi Avaz

Marie-Thérèse Grisenti, violoncelle, et l'Orchestre Iranien de musique nouvelle

constitué d'instruments traditionnels persans

 

https://www.youtube.com/watch?v=oRkwKTSE5U4

 

| A. Mashayekhi Célébration 

Marc Vitantonio, piano, et l'Orchestre Iranien de musique nouvelle

constitué d'instruments traditionnels persans

 

https://www.youtube.com/watch?v=2EJ66DSP210

haut de page